Accueil > Secteur_fr > FAQ > C’est quoi l’histoire de la maison ?

C’est quoi l’histoire de la maison ?

Au début des années 1900 [1], la maison appartenait au Commandant Adolphe Albert, artiste peintre et ami d’Eugène Clary et de Georges Manzana-Pissarro, qui habitaient près de la place Saint Sauveur, et de Louis Anquetin lequel était ami d’Henri de Toulouse-Lautrec. Très lié avec Claude Monet, le Commandant Albert devint aussi le meilleur ami de Toulouse Lautrec dont il fut le légataire universel.

Militaire tout d’abord puis peintre et lithographe, le Commandant Adolphe Albert qui sera Commandeur de la Légion d’Honneur exposera aux Indépendants de 1886 jusqu’à sa mort.

C’est lui qui créa le foyer des artistes en face de chez lui, au 32 de la rue Grande, à l’angle de la place Saint Sauveur, dans l’ancienne maison de la mère de Balzac. Dans ce foyer se réunissaient souvent ses membres qui invitaient leurs amis artistes à exposer leurs oeuvres... peut-être Claude Monet, Louis Anquetin...

Et c’est donc à la Berverie ou au foyer des artistes que Jacques Ibert, célèbre compositeur français du 20ème siècle aura rencontré de grands artistes comme Claude Monet, Pissarro, Signac, Toulouse-Lautrec, alors fréquemment reçu en vacances chez son Oncle le Commandant Albert qui fut un personnage central dans son histoire familiale.

Le Commandant Albert avait épousé Madame Veuve Chouquet, et c’est naturellement que Louis, le fils unique de cette dernière qui le considérait comme son père, hérita de la maison à la mort du Commandant en 1938.

Le Docteur Louis Chouquet, propriétaire de la maison jusqu’en 1967, était médecin à la Comédie Française. Très apprécié des sociétaires, il était affectueusement appelé ’Docteur Miracle’ par ceux même auxquels il réussissait à rendre la voix quelques heures avant une première parfois.

JPEG - 57.3 ko

Dans sa maison, le Docteur Chouquet recevait très souvent des artistes de renom, au nombre desquels figuraient Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud et pour lesquels il avait même aménagé un théâtre dans le grenier.

Ce grenier est aussi célèbre pour une autre raison, car on dit même qu’un tableau de Pissarro, serait-ce "les deux perruches", pastel de Georges Manzana-Pissarro, qui figure actuellement aux collections du Musée Nicolas Poussin y aurait été retrouvé.

En 1943, une bombe anglaise qui visait la terrasse de l’Hôtel de Normandie au 31, endommagea les 2 maisons. Seul le Docteur Chouquet reconstruira, en respectant toutefois le nouvel alignement qui interdisait de reconstruire à moins de 8 mètres des berges,

  • Anciennement "Hôtel du Plis"d’après la célèbre ’Histoire de la ville des Andelis’, par Brossard de Ruville,
  • et aussi "Hôtel de La Barre de Nanteuil" (1754-1793), [2] qui fut légué au XIXe siècle à la paroisse des Andelys, qui la convertit en presbytère,
  • puis "Le Tilleul", à l’époque du Commandant Adolphe Albert, du docteur Chouquet, et enfin du Docteur Lemercier, lui aussi ancien maire des Andelys,
  • dernièrement rebaptisé "la Berverie" par les propriétaires actuels qui, après y avoir habité avec leurs enfants, ont transformé la maison de la manière que vous savez,

La Berverie continue son activité d’accueil et vous attend nombreux pour y faire la fête, vous y reposer ou y exercer vos talents de peintre...

JPEG - 8.2 ko
L’ancien Hôtel de Normandie et la Berverie

La photo ci-contre représente la maison au début du XXème siècle avec, à gauche, l’hôtel de Normandie [3] qui a été détruit et remplacé depuis par une maison particulière dernièrement restaurée. Le nom de l’hôtel de Normandie fut ensuite repris par un établissement situé au début de la rue Grande, actuellement villa d’Aliénor.


Voir des oeuvres de Toulouse Lautrec

Voir des oeuvres de Claude Monet

JPEG - 137.3 ko
Les Andelys il y a 100 ans

[1depuis1912 très exactement, date à laquelle lui et son épouse avaient acquis la maison qui appartenait alors à Madame Armandine Lacroix, veuve de Monsieur Gilbert Davenière

[2du nom de Joachim Jean-Pierre Raoul IV de La Barre de Nanteuil (1743-1833), officier supérieur, premier maire élu des Andelys de février à juillet 1790 et premier président du conseil général de l’Eure de juillet 1790 à septembre 1791, d’après une indication récente d’un membre de la famille

[3ancien Hôtel de Nemours, converti en hôtel public, sous la dénomination ’Hôtel de la Chaîne d’Or’ en l’année 1751 (Brossard de Ruville)